Patrimoine et Culture Sport et Pleine Nature Santé et Bien-Être Tourisme d’affaires clermont-auvergne-tourisme.com

Histoire d’une Station Thermale

Histoire d’une Station Thermale

 
La découverte de la Grande Source en 1844 marque la naissance de la station thermale. Suite au passage de Napoléon III et de l’Impératrice Eugénie en juillet 1862, la station s’embellie et s’agrandie d’année en année, attirant l’aristocratie du monde entier.
 
 
La station thermale possède cinq sources : la source Eugénie (anciennement Grande Source), la source César, la source Saint-Mart, la source Saint-Victor et la source Auraline. Certaines sont exploitées dès l’époque gallo-romaine, comme l’attestent les nombreux vestiges découverts au 19ème siècle. La source César est la première à être localisée en 1822. L'abbé VÉDRINE met au jour la Grande Source en 1844. Son débit très élevé permet d’envisager une exploitation à grande échelle.
 
 
En moins d'un demi-siècle, la station thermale acquiert toute l'infrastructure nécessaire à son bon fonctionnement. Au cœur de la vallée verdoyante de la Tiretaine, le paysage naturel peint par Jean-Baptiste Camille COROT dans les années 1830 se transforme peu à peu en un lieu de cure et de villégiature.
 
 
Toute une architecture luxuriante se développe afin d’accueillir comme il se doit l’aristocratie et la bourgeoisie du monde entier. En 1862, la visite de NAPOLÉON III et l'Impératrice EUGÉNIE donne une caution officielle au renouveau thermal de Royat-Chamalières. Pour l'occasion, la Grande Source est rebaptisée du nom de l'Impératrice. L’aristocratie et la bourgeoisie de l’Europe, ainsi que les artistes les plus célèbres viennent alors prendre les eaux à Royat : le Prince de Galles (futur Edouard VII), Léopold II le roi des Belges, la reine d’Italie, les frères Goncourt, George Sand, Sarah Bernhard, Colette, Stéphane Mallarmé, Félix Faure, Maurice Barrès...
 
 
Le chemin de fer permet aux baigneurs et aux touristes de se rendre en grand nombre dans la station. Soucieux de satisfaire une clientèle exigeante, les hôteliers investissent dans une architecture fastueuse dès 1865.
Durant les années 1912-1914, la station est le théâtre de nombreux embellissements. Auguste ROUZAUD, propriétaire de la chocolaterie La Marquise de Sévigné et concessionnaire de la station thermale de 1901 à sa mort en 1934, fait appel à l’architecte Louis JARRIER pour les réaliser.
 
 
En 1938, la Régie des eaux devient municipale. Malgré la baisse de fréquentation liée à la perte des colonies, la station thermale n’a de cesse de se moderniser. Des extensions sont construites. L’année 2007 voit l’ouverture de Royatonic, centre thermoludique permettant à chacun de profiter des bienfaits de l’eau thermale.
 
 
 
 
© mein-wetter.com